MOZZI, R. ; DESO, G. et PROBST, J.M. 2005. Un nouveau gecko vert introduit à La Réunion - Le Phelsuma astriata semicarinata (Cheke,1982). Bull. Phaethon, 21 : 1-4.

Publié le par Jean-Michel PROBST

Bulletin Phaethon, 2005, 21 : 1-4.

Un nouveau gecko vert introduit
à La Réunion
Le Phelsuma astriata semicarinata
(Cheke,1982)


Robert Mozzi*, Grégory Deso** & Jean-Michel Probst**

*Chef du SD  de la Brigade de la Nature Océan Indien
23 rue de Paris, 97400 Saint-Denis de La Réunion
Mail : robert.mozzi@reunion.ecologie.gouv.fr

**B.P. 279 Nature & Patrimoine
2 Allée Mangaron, Dos d’Ane, 97 419 La Possession
Mail : deso.gregory@gmail.com ; jeanmi.probst@wanadoo.fr

Introduction

    Une nouvelle espèce introduite vient d’être découverte dans les Bas de la Commune de La Possession (nord ouest de l’île). Il s’agit d’un petit gecko vert qui fait partie de la Famille des Gekkonidae. Une brève description de la découverte, de la taxonomie et de la répartition est donnée avant de plus amples recherches.

Détails sur la découverte

    Au début de l’année 2004, l’un de nous (RM) a déménagé récemment dans les Bas de la ville de La Possession. Une espèce de gecko vert a très rapidement attiré son attention. Il s’agissait d’une espèce un peu plus petite que notre gecko vert des forêts (P. borbonica). Son corps était aussi plus allongé et surtout parcouru d’une ligne dorsale rouge inconnue chez nos espèces décrites auparavant (Cheke, 1975 ; Bour & Moutou, 1982 ; Probst, 1997).

 
Photo 1 : Gecko vert Phelsuma astriata sur une clôture en bois
(© Robert Mozzi)

    Une inspection attentive du quartier nous a révélé une population bien installée avec de nombreux subadultes et juvéniles. La densité de la population rappelle celle que l’on peut observer à l’Ermitage pour le Phelsuma laticauda ou à Manapany pour le Phelsuma inexpectata. Un record de 7 Phelsuma a été observé ensemble sur un grand Arbre du voyageur en période de floraison. Les supports sont essentiellement des arbres et arbustes classiques des jardins : palmiers, cocotiers, vacoas, bananiers, papayers, chocas, etc. Il a également été observé sur les murs des maisons, les clôtures, les poteaux électriques, une boîte aux lettres, etc.
 
Photo 2 : Un gecko vert adulte Phelsuma astriata sur le bord de la terrasse
(© Robert Mozzi)


    Toute cette population semble être localisée entre deux ravines. Elle s’étend plutôt vers le premier contrefort rocheux de la ville de La Possession. Ainsi, aucun individu n’a été observé dans la partie basse de la ville. Après une petite enquête de voisinage, plusieurs habitants ont indiqué que l’espèce était là dans le quartier depuis 2003.

Description des individus observés à La Réunion

    Les individus que nous avons observés comportent  une coloration vert clair sur le dos, avec le plus souvent une fine ligne vertébrale rouge. Celle-ci démarre de la nuque et se prolonge jusqu’au niveau des reins. De part et d’autre de cette ligne, on observe des taches rouges, de taille moyenne, plus ou moins marbrées et vermiformes. Un bandeau rouge est présent entre l’œil et le museau. Il passe par la région prénasale, longe les supralabiales et se termine de chaque coté de la tête en zone pré oculaire. Une autre tache rouge en forme de V est présente sur le dessus de la tête. La base du V démarre en région préfrontale et file vers l’arrière au-dessus des deux yeux. Deux autres taches rouges sont parfois présentes au niveau occipital. Une (parfois deux) barre rouge latérale est souvent présente de chaque côté de la tête en zone temporale. Une démarcation brun gris foncé est située le long des flancs, entre les membres inférieurs et supérieurs. Elle contraste bien avec la couleur vert pomme de la zone dorsale et la blancheur de la partie ventrale.

    Pour la sous-espèce nominative P. astriata astriata, il n’y a pas de décrochement de couleur, sa coloration est plus homogène en s’éclaircissant progressivement vers les parties inférieures (Cheke, 1982 ; Van Heygen, 2004).

    Nous validons donc ici, la présence de l’espèce Phelsuma astriata (Tornier, 1901), sous-espèce semicarinata (Cheke, 1982) à l’île de La Réunion.

 
Photo 3 : Gecko vert Phelsuma astriata dans une ombrière d’un jardin de La Possession
(© Jean-Michel Probst)

Remarque

    Dans ce même quartier de La Possession, on rencontre une seconde espèce introduite, le gecko vert poussière d’or Phelsuma laticauda qui lui aussi, affectionne les milieux secs. Ces deux espèces semblent toutes deux cohabiter sur le même territoire.

Origine de l’introduction

    Phelsuma astriata est endémique des Seychelles (Cheke, 1982). On le rencontre sur plusieurs îles : Mahé, Praslin, La Digue, mais aussi sur leurs îlots satellites (Aride, Silhouette, Thérèse, Frégate, Félicité, Petite Sœur, Grande Sœur, Marianne, Curieuse, Cousin, Cousine, Astove. Plus récemment il a été découvert sur les îles d'Amirantes, Arros, Denis (Van Heygen, 2004). La sous-espèce nominative est repartie sur les îles plus au sud : Mahé, Silhouette, Astove (Van Heygen, 2004).

    La sous-espèce P. a. semicarinata est un peu plus petite que la sous-espèce nominative. Elle a été répertoriée à Praslin, La Digue, Aride et quelques îlots satelites. Elle atteint 12 cm pour les mâles comme pour les femelles (Cheke, 1982).

Synonymie

Phelsuma lineata var. astriata TORNIER, 1901. Zool. Anz., Leibzig, 24: 64.
Phelsuma carinatum RENDAHL, 1939. ZOOL. Jb. (Syst.), Jena, 72: 277.
Phelsuma carinatum maheense RENDAHL, 1939. Zool. Jb. (Syst.), Jena, 72 : 278.
Phelsuma astriata LOVERIDGE, 1942. Bull. Mus. Comp. Zool., Cambridge, Mass., 89: 455. Phelsuma astovei FITZSIMONS,1948. Spec. Publ. Roy. South Africa, Robert Broom Commem. Vol., Cape Town : 235.
Phelsuma astriata astriata MERTENS, 1962. Senckenb. biol., Frankfurt/M., 43 : 88.
Phelsuma astriata astovei MERTENS, 1962. Senckenb. biol., Frankfurt/M., 43 : 89.
Phelsuma astriata THORPE & CRAWFORD, 1979. British journal of herpetology 6 : 19-24.
Phelsuma carinata EVANS & EVANS, 1980. J. Zool., London, 191 : 172.
Phelsuma astriata semicarinata CHEKE, 1982. 181-198.  62(4/6) :181-198                                                                                                                
Phelsuma astriata semicarinata MURPHY, TRICHA.J. & A.A. MYERS, 1996. 30(1): 117-123

Discussion

    A La Réunion, de nombreuses espèces de geckos sont introduites volontairement ou involontairement. Elles mettent en danger les espèces endémiques locales. Nul ne sait comment va se comporter une espèce endémique face à une espèce introduite. Outre la compétition écologique fort probable avec nos espèces endémiques, la prédation sur les juvéniles et les transmissions d’endoparasites sont tout à fait possible et peuvent se révéler catastrophiques. Il n’est pas encore certain que cette espèce puisse s’établir plus largement et coloniser progressivement l’île. D’autres espèces de Saurien dont des Phelsuma ont été signalés sur l’île sans pour autant qu’elles soient de nos jours encore présente. Les cyclones, les prédateurs, les insecticides, l’omniprésence humaine peuvent être des facteurs limitants qui entraîne la diminution des petits animaux comme les geckos verts.

Bibliographie.

AUSTIN, J.J. ; ARNOLD, E.N. and JONES, C. G. 2004. Reconstructing an island radiation using ancient and recent DNA : the extinct and living day geckos (Phelsuma) of the Mascarene islands. Molecular Phylogenetics and Evolution. 31 (1) : 109-122.

BOUR, R. et MOUTOU, F. 1982. Reptiles et amphibiens de l'île de La Réunion. Info Nature 19 : 121-156.

BUDZINSKI, S. & R.-M. 1998. Haltung und Vermehrung von Phelsuma astriata astriata. - elaphe, Rheinbach, 6 (2) : 15-18.

CHEKE, A.S. 1975. Un lézard malgache introduit à la Réunion. Info Nature, Saint Denis, 13 : 94-96.

CHEKE, A.S. 1982. Phelsuma Gray 1825 in the Seychelles and neighboring islands: A re-appraisal of their taxonomy and description of two new forms Senckenb Biol., 62 (4 / 6) : 181-198.

CHEKE, A.S. 1984. Lizards of the Seychelles in Biogeography and ecology of the Seychelles Islands. Ch. 19 : 331-360. Stoddart, D.R. (ed.) The Hague : W. Junk.

DESO. G. 2001. Note sur le transport insolite de Geckos verts le cas du Phelsuma inexpectata. Bulletin Phaethon. 13 : 56.

EVANS, P.G.H. and EVANS, J.B. 1980. The ecology of lizards on Praslin Island, Seychelles. Journal of ecology (London) 191: 171-192.

HENCKEL, F.-W. & W. SCHMIDT.1995. Amphibien und Reptilien Madagaskars, der Maskarenen, Seychellen und Komoren. Ulmer Stuttgart. 312p.

VAN HEYGEN, E. 2004.  Bases de donnée sur les Phelsuma. Phelsumania.org. species:  Phelsuma astriata astriata (Tornier, 1901) /  (Cheke, 1982).

MURPHY, TRICHA, J. and MYERS, A.A. 1996. The behavioral ecology of Phelsuma astriata semicarinata on Aride Island Nature Reserve, Seychelles Journal of Herpetology, 30 (1) : 117-123.

PROBST, J-M. 1997. Animaux de La Réunion - guide d’identification des oiseaux, mammifères, reptiles et amphibiens. édt. azalées, 1-168.

PROBST, J-M. et BRIAL, P. 2002. Récit ancien de naturalistes à l’île Bourbon. Le 1er guide des espèces disparues de La Réunion (Reptiles, Oiseaux et Mammifères). Edition Nature & Patrimoine, 1-109.

THORPE, R.S. and CRAWFORD, C.M. 1979. The comparative abundance and resource partitioning of two gecko species (Phelsuma) on Praslin, Seychelles. British journal of herpetology 6 : 19-24.

THORPE, R.S. 1985.  A numerical analysis of isoletric focused keratin monomers : affinities of some western indian ocean green Geckos. Biochemical Systematics and ecolgy, vol. 13, nov.1, pp. 63-69.

UETZ, PETER. 2005. La Base de données De Reptile D’cEmbl. Les Geckonidés.


Photo 4 : Un petit pas de danse de côté, … et ça repart !
(© Robert Mozzi)



Publié dans natureetpatrimoine

Commenter cet article