PROBST, J.M. 1995. Mentions bibliographiques de 1670 à 1878 relatives à l’Échenilleur de Bourbon ou Tuit-tuit Coracina newtoni oiseau forestier endémique de La Réunion. Bull. Phaethon, 1 : 26-28.

Publié le par Jean-Michel PROBST

Bulletin Phaethon, 1995, 1 : 26-28.

Mentions bibliographiques de 1670 à 1878 relatives
à l’Échenilleur de Bourbon ou Tuit-tuit Coracina newtoni
oiseau forestier endémique de La Réunion


Jean-Michel Probst*

* Nature & Patrimoine, 2 Allée Mangaron, Dos d'Ane, 97 419 La Possession

    En 1985, le Tuit-tuit Coracina newtoni est classé dans les espèces au bord de l'extinction. Il figure à ce titre sur la liste des espèces en danger du Red Data Book IUCN/ICBP (Collar & Stuart, 1985). En 1988, la Société Réunionnaise pour l'Etude et la Protection de la Nature informe le public de la récente diminution des effectifs du Tuit-tuit, espèce endémique de La Réunion (Chazel, 1988). L’étude entreprise par la SREPEN confirme les résultats de Chazel (Cherel & Al., 1989). Toutefois, plusieurs études retrouveront ensuite les effectifs initiaux de Cheke (Probst, 1990, 1991a, 1991b, 1992a, 1992b, 1993, 1994 ; Attié, 1991, 1993).

    Préliminaire à toute étude sur la conservation d’une espèce menacée, une recherche bibliographique sur l’Échenilleur de Bourbon est présentée ici. Les documents présentés sont issus pour la plupart d’une précédente synthèse (Probst, 1993), enrichie des dernières découvertes bibliographiques.

Bref historique

    Certains des premiers naturalistes ayant décrit la faune de l'île semblent faire la mention du Tuit-tuit sous un autre nom. En effet, la mention d'une "Grive" se rapporte sans doute à cette espèce (c.f. témoignages ci-dessous de Vachet 1671, Dubois 1672, Boureau-Deslandes 1676 et Le Gentil, 1717). Pour information, il faut savoir que c’est sous ce même vocable que l’on nomme l’échenilleur de l’île sœur. On l’assimilera d’ailleurs pendant encore 200 ans à notre échenilleur, jusqu’à la publication de Pollen (1866) qui décrira l’espèce endémique de La Réunion. La première citation de Tuit-tuit jusqu’alors connue se rapportait au témoignage de 1860 de Jacob de Cordemoy (Probst, 1993). Il était baptisé alors Lanius ferrugineus. Après les noms de genre "Lanius" et "Schetba", le Tuit-tuit est rattaché à l'espèce malgache1 et l'espèce mauricienne2 sous le nom d'Oxynotus ferrugineus (citation de Maillard, 1862). Des observations complémentaires sont données peu après (c.f. témoignages de Coquerel, 1864). Le statut d'espèce endémique de La Réunion est donné par un ornithologue hollandais (Pollen, 1866) qui le nomme Coquus newtoni. À ce sujet, on peut rapprocher le nom mauricien (Merle cuisinier Coquus typica) et un passage de Bernardin de Saint-Pierre daté de 1840 : « Le dernier homme du vaisseau est le coq, coquus, le cuisinnier. » Ainsi est probablement venu le nom du Genre et l’habitude comportementale caractéristique de l’oiseau qui assomme plusieurs fois sa proie comme le ferait un cuisinier sur son étal pour préparer sa viande. Une recherche sur les principales combinaisons de sa synonymie est présentée ci-après. Longtemps confondu avec l’espèce malgache à laquelle il a été associé jusqu’à la description de Pollen (1866).

Muscicapa cinerea, P.L.S. Müller, 1776, Syst. Nat. p. 171.
Lanius ferrugineus, Gmelin, 1789. Syst. Nat. p 306.
Schetba ferruginea, Lesson, 1830. Trait. Orn. p 374.
Oxynotus ferrugineus, Swainson, 1838. Faun. Bor. Amer. vol. 11 p 425.
Campephaga cinerea, Hartlaub, 1877 : 148.
Coquus newtoni Pollen, 1866 ; Sclater, 1914 ;
Linerus ferrugineus Léal, 1878 ;
Coracina newtoni Peters & Mayr, 1960 ; Jouanin, 1970.

Résumé des témoignages des premiers naturalistes

-Père Vachet, 1671 : « Ceux qui y sont plus fréquents ce sont les pigeons, ramiers, perroquets, merles, grives, huppes, perdrix... »

-Dubois, 1672 : « Merles et grives » 

-Boureau-Deslandes, 1676 : « Les plus communs sont des pigeons ramiers, des huppes, des perroquets, de grives, perdrix, flamants, oies, ... »

-Le Gentil, 1717 : « Dans les mois de juillet et août, mois ou règne l’hiver, on voit descendre des montagne une espèce de grive, oiseau fort gras et d’un goût exquis. Il vit de riz et de café sauvage. On le prend en lui passant au col un nœud coulant attaché à une perche. »

    Le terme de “Grive” se rapporte t-il à notre Tuit-tuit ? Sans doute, puisque l’espèce mauricienne C. typica aurait été appelée “Grive” avant d’être appelée “Merle cuisinier”. 

-Jacob de Cordemoy, 1860 : « Il existe bien à Bourbon un autre Merle - sinon blanc comme on le dit- au moins à ventre grisâtre et que l'on a calomnié du nom de Tec Tec des Hauts...je n'en ai jamais aperçu...qu'un »

    Cette phrase a été extraite d'un texte plus important consacré à l'Echenilleur de La Réunion. C'est donc à ce botaniste naturaliste que nous devons la première citation authentique de Coracina newtoni.

-Maillard, 1862 : « Oxynotus ferrugineus »

    Le nom scientifique ancien du Tuit-tuit apparaît dans sa liste d'espèces sans autres commentaires.

-Coquerel, 1864 : « L'Oxynotus ferrugineus se retrouve à Maurice et Madagascar, la plupart des auteurs n'ont connu que la femelle qui est rousse en dessous et brun roux au dessus; la partie inférieure est marquée de lignes brunes interrompues qui ne se trouvent pas chez le mâle ».

    Cet ornithologue en donne une description plus précise et indique le dimorphisme sexuel.

-Pollen, 1865 : «J'ai trouvé le Tuit-tuit très abondant dans les Hauts de la Possession, principalement dans la forêt de Dos d'Ane. Monsieur Lantz et moi, nous l'avons trouvé dans les Hauts de Saint Denis et dans les montagnes, près de Ravine le frais et du Camp Rattaire. Il se trouve dans l'île sur les montagnes, à une hauteur de 800 à 1400 m au-dessus du niveau de la mer ».

    C'est la première étude sur la biologie du Tuit-tuit. Il nous apprend que cette espèce était plus répandue et abondante qu'aujourd'hui. À cette époque, quatorze spécimens collectés, dont des mâles, des femelles et des jeunes, sont envoyés dans divers muséums. Enfin, nous devons le statut d'espèce endémique à ce naturaliste voyageur hollandais qui décrit le "type" (Pollen,1966).

-Léal, 1878 : «… le Tui-tuit qu’est une espèce de Merle Blanc (Linerus ferrugineus.».

    Ce serait la (ou l’une des dernières) mention de l’échenilleur avant 1900  et son apparente disparition de La Réunion .

Bibliographie consultée

ATTIE, C. 1991. Etude de Coracina newtoni, Pollen 1866 à la Plaine des Chicots. Rapport SREPEN.

ATTIE, C. 1993. Étude de l’Échenilleur de La Réunion ou Tuit-tuit Coracina newtoni. Conseil Général/Conseil Régional/SREPEN.

CHAZEL, L. 1988. Note sur le Tuit-tuit, oiseau endémique de La Réunion. Rap. phot. pour ICBP, 10p.

CHEKE, A. 1976. Le Tuit-tuit, oiseau rarissime de La Réunion. British Ornithologists' Union Mascarene Island Expedition, Conservation Memorendum n°2. 16p.

CHEKE, A. 1977. Rapport sur la distribution et la conservation du Tuit-tuit, oiseau rarissime de La Réunion. Info Nature n°15: 21-42.

CHEKE, A. 1987. The ecology of the surviving nature land birds of Réunion. In studies of Mascarene Islands Birds. Diamond A.W. Ced. J. Cambridge University Press: 301-358

CHEREL, J.F.; QUILICI, S.; GRONDIN, J.R. & GRUCHET, H. 1989. Le point sur Coracina newtoni "Tuit-tuit". Info Nature n°23: 23-45.

COLLAR, N.J. & STUART, S.N. 1985. Threatned birds of Africa and related islands. IPCB/IUCN Red Data Book, 761p.

DUBOIS, 1674. Les voyages faits par Sieur D.B. aux îles Dauphines ou Madagascar, Bourbon ou Mascarene. Années 1669; 1670; 1671; 1672. Paris.

MAILLARD, L. 1862. Note sur l'île de La Réunion (Bourbon). Vol. 1 Paris.

POLLEN, F.P.L. 1866. On the genus Oxynotus of Mauritius and Réunion. Ibis S. 2: 275-280.

PROBST, J-M. 1990. Premières observations cartographiques sur la distribution du Tuit-tuit ou Merle blanc Coracina newtoni à la Plaine des Chicots. MWAF, 1-4.

PROBST, J-M. 1991a. Contribution à l’étude sur la répartition du Tuit-tuit Coracina newtoni - Oiseau endémique menacé de l’Ile de La Réunion. Rap. Int. SREPEN, 1-14.

PROBST, J-M. 1991b. Sur la prétendue diminution des effectifs de Tuit-tuit Coracina newtoni Pollen, 1866 – Première citation ancienne du Tuit-tuit et premiers éléments sur la répartition de l’espèce Au cours de la période de nidification 1990/1991 (île de La Réunion). MWAF, 1-14.

PROBST, J-M. 1992a. Confirmation des nouvelles données sur l’effectif de la population de Tuit-tuit à la Plaine des Chicots, la Plaine d’Affouches, les remparts de Dos d’Ane et les pentes de la Grande Montagne. 1-16.

PROBST, J-M. 1992b. À propos de la recherche d’une zone de sympatrie entre le Bulbul orphée Pycnonotus jocosus  et le Tuit-tuit Coracina newtoni. Rap. Interne MWAF, 1-5. 

PROBST, J-M. 1993. Recherches bibliographiques et études préliminaires sur la densité et la biologie de l'oiseau endémique menacé : Coracina newtoni Pollen, 1866, Ile de La Réunion, Océan Indien. Rapport dact. 1-32.

PROBST, J-M. 1994. Une opération de sauvegarde du Tuit-tuit - établissement des limites du projet de la réserve naturelle de Roche Écrite. Rap. Dact., 1-4.

Commenter cet article