PROBST, J.M. 2001. Le Scinque de Bouton Cryptoblepharus boutonii. Bull. Phaethon, 14 : 104-105.

Publié le par Jean-Michel PROBST

Bulletin Phaethon, 2001, 14 : 104-105.

Fiche « patrimoine naturel à protéger »

Le Scinque de Bouton Cryptoblepharus boutonii

Jean-Michel Probst * & Grégory Déso *

*B.P. 279 Nature & Patrimoine, 2 Allée Mangaron, Dos d’Ane, 97 419 La Possession

Le reptile décrit ci-après est une espèce de lézard littoral de l’Ordre des Squamates. Il fait partie de la Famille des Scincidae qui comporte 85 genres et plus de 1270 espèces dans le monde. Le Genre Cryptoblepharus est monospécifique mais contient au moins 36 sous-espèces endémiques insulaires (d’autres sous-espèces seraient en cours de description).

Scinque de Bouton 
Cryptoblepharus boutonii (Desjardins, 1831)
Anglais : Bouton’s Skink.

Synonymie et principales combinaisons.
Scincus boutonii DESJARDINS, 1831. Ann. Sci. nat. vol. 22, p. 298-299. (type loc. île Maurice).
Ablepharus Peronii DUMÉRIL & BIBRON, Erp. Gén., vol. 5, p. 813-817.
Ablepharus Boutonii STRAUCH 1868.
Ablepharys boutonii (Desj.) BOULENGER, 1887. Cat. Liz. Brit. Mus. vol. 13, p. 347.
Cryptoblepharus boutonii GLAW & VENCES, 1994 : 308.

Distribution dans l’Océan indien.
C. b. boutonii – endémique de l’Ile Maurice et La Réunion.
C. b. gloriosus – endémique de l’Archipel des Glorieuses.
C. b. aldabrae – endémique d’Aldabra.
C. b. bitaeniatus – endémique d’Europa.
C. b. cognatus – endémique de Nosy Bé (Madagascar).
C. b. ater – endémique de la Grande Comore.
C. b. mohelicus – endémique de Mohéli.
C. b. degrijsi – endémique d’Anjouan.
C. b. mayottensis – endémique de Mayotte.
C. b. africanus – sur quelques îlots de la côte Est de l’Afrique.


DESCRIPTION. Longueur du corps : 28-37 mm ; Queue : 30-39 mm.

Dimorphisme sexuel peu perceptible, coloration éminemment variable.

Forme brune : Adulte. Tête fine, brun foncé ou gris argenté et d’aspect brillant sur le dessus, gris clair aux reflets bronzés dessous ; parties supérieures parcourues de lignes longitudinales mouchetées de brun noir ; parties ventrales, blanc grisâtre ; queue cylindrique, mouchetée de gris foncé et de gris argenté ; doigts fins, gris foncé.

Juvénile. Semblable à l’adulte mais de dimension nettement inférieure.

IDENTIFICATION. Petit lézard gris argenté avec des reflets luisants apparaissant lors des mouvements rapides de l’animal. La queue est aussi longue que le corps.

ACTIVITÉ. Ce petit scinque est très furtif. Extrêmement craintif, au moindre danger, il se cache vite entre les fissures des rochers. Il reste parfois longtemps immobile à attendre le départ de l’observateur. Il est conseillé de se tenir à distance et de le découvrir de loin aux jumelles.

MILIEU. Autrefois, le Scinque de Bouton de La Réunion fréquentait probablement le pourtour de l’île (Vinson & Vinson, 1969 ; Tonge, 1990). Ses habitats favoris sont les parties basses de l’île : la savane arborée de l’Ouest, les rochers du littoral et même la zone intertidale des marées. Aujourd’hui, il semble isolé dans un seul site marginal, une falaise maritime.

ALIMENTATION. Essentiellement insectivore (Homoptères, Diptères), également des araignées.

STATUT ET REMARQUES. Le Scinque de Bouton, de la famille des Scincidae, est représenté par une sous-espèce C. b. boutonii endémique des Mascareignes. Il était considéré comme disparu à La Réunion, mais une petite population vient d’être redécouverte récemment dans le Sud de l’île de La Réunion. A Maurice, il est toutefois encore bien présent (Palmar, Pointe Lafayette, Cap Malheureux) et sur quelques îlots satellites (île de la Passe, Coin de Mire, île Plate, îlot Gabriel, île Ronde). D’après la répartition des individus mauriciens, cette espèce était probablement distribuée dans toute la région littorale de l’île de La Réunion. D’après Carl Jones, il aurait diminué et disparu à la suite de l’introduction des rats Rattus rattus et R. norvegicus, des chats Felis catus et des agames Calotes versicolor. De plus une prédation importante semble exister avec les espèces de Scinque plus grosses que lui. Plus de 30 sous-espèces existent dans de nombreuses régions tropicales : Afrique (C. b. africanus), Madagascar (C. b. cognatus, C. b. voeltzkowi), Australie, Nouvelle Guinée, Micronésie, Mélanésie, Polynésie.

RÉFÉRENCES. Arnold, 1980 ; Branch, 1998 ; Bullock, 1986 ; Desjardins, 1831 ; Jones, 1993 ; Maillard, 1863 ; Probst, 1996, 1997 ; Tonge, 1990 ; Vinson & Vinson, 1969.

Commenter cet article