PROBST, J.M. 2000. L'Oiseau lunettes vert ou Zostérops vert de La Réunion Zosterops olivacea. Bull. Phaethon, 11 : 29-30.

Publié le par Jean-Michel PROBST

Bulletin Phaethon, 2000, 11 : 29-30.

Fiche « patrimoine naturel à protéger »

L’Oiseau lunettes vert ou Zostérops vert de La Réunion
Zosterops olivacea

Jean-Michel Probst*

*Nature & Patrimoine, 2 Allée Mangaron, Dos d'Ane, 97 419 LA POSSESSION

L’oiseau décrit ci-après est une espèce d’oiseau forestier de l’Ordre des Passeriformes. Il fait partie de la Famille des Zosteropidae qui comporte 76 espèces dans le monde dont 10 se rencontrent sur quelques îles de l’Océan Indien. L’Oiseau lunettes vert ou Zostérops vert de La Réunion est endémique de La Réunion.


OISEAU-LUNETTES VERT
Zosterops olivacea  (Hartlaub, 1861)
Créole : Oiseau vert.
Français : Zostérops vert de La Réunion.
Anglais : Reunion Olive White-eye.
Allemand : Reunionbrillenvogel.
Espagnol : Pajaro de Reunion.

Distribution dans l'Océan indien.
Espèce monotypique, endémique de l'Ile de La Réunion.

DESCRIPTION. Longueur : 10,5 cm. Poids : 7-11,5 g.

Adulte. Dimorphisme sexuel non perceptible. Tête verte aux reflets olivâtres à front et calotte plus ou moins gris à noir, menton gris ; iris brun avec un cercle orbital blanc pur ; bec fin légèrement recourbé vers le bas ; parties supérieures grises à reflets vert olive ; ailes et queue brun clair, sous caudale jaunâtre ; croupion vert clair ; poitrine et ventre gris clair ; tarses et doigts entre gris brun et gris foncé.

Immature. Ressemble à l'adulte mais absence de cercle orbital, front vert (non noir) et bec jaunâtre.

IDENTIFICATION. Comme son nom l’indique l’oiseau lunettes vert est un petit oiseau vert olivâtre avec des lunettes blanches. Toujours très actif, il paraît ne pas pouvoir rester en place. On peut noter chez certains individus une variation du plumage au niveau des parties ventrales. Ainsi, chez certains individus, le ventre est vert olivâtre à peine plus pâle que le dessus du corps, tandis que d’autres, à la même époque de l’année, ont le ventre gris ou même presque blanc pâle. Dimensions de l’oiseau en main : Aile : 57-63 mm. Bec : 12-17 mm. Tarse : 17-19 mm. Queue : 36-45 mm.

VOIX. Ses manifestations vocales sont généralement vindicatives et sonores. Il lance souvent des cris aigus autour des arbres en fleurs.

COMPORTEMENT. L’Oiseau vert ne connaît pas la demi mesure, il est parfois presque silencieux, d’autres fois très démonstratif pour ne pas dire bruyant. Il se déplace généralement par couple et passe une grande partie de la journée à explorer les fleurs des arbres indigènes et exotiques en défendant vaillamment son territoire.

NIDIFICATION. La reproduction a été constatée de juillet à janvier. Le nid, en coupe, plus épais que celui de l’oiseau blanc, est installé entre 1 et 3,50 mètres dans un buisson (branle vert Philippia montana, Branle filao P. arborescens, fleur jaune Hypericum lanceolatum). Il est constitué de mousses, de brindilles, de fibres végétales, de fils d’araignées et garni de duvet. La ponte est de 2 à 3 œufs (18-20 x 13-14 mm ; 1-2 g.), bleu pâle. L’incubation de 10-12 jours est assurée par les deux parents. Le record d’altitude de nidification est détenu par un nid trouvé dans une colonie de Pétrel de Barau dans le Cirque de Salazie à 2900 mètres d’altitude.

MILIEU. Exclusivement forestier, dans le Sud, on le trouve, du littoral à 2500 mètres d'altitude et ailleurs plutôt dans les Hauts, à partir de 600 mètres dans les zones peuplées d'espèces végétales indigènes. Du mois de mars à la fin du mois d'août, on l'observe parfois dans les ravines des Bas.

ALIMENTATION. L’Oiseau lunette vert est essentiellement nectarivore. Il se nourrit principalement du nectar des fleurs d'espèces végétales indigènes (Aphloia teiformis, Dombeya punctata, Dombeya sp., Ficus sp., Foetidia mauritiana, Gaertnera vaginata, Hypericum lanceolatum, Forgesia racemosa, Pandanus montanus, Pittosporum senacia, Psiloxylon mauritianum, Sophora denudata, Sysygium borbonicum, S. cymosum), d’orchidée (Beclardia macrostachya). Contrairement à certains botanistes, il n’est pas regardant du statut des plantes et se nourrit aussi d'espèces exotiques envahissantes (Cuphea ignea, Erythrina corallodendrum, Fuchsia magellanica, F. boliviana, Hedychium flavescens, H. gardnerianum, Lantana camara, Lonicera confusa, Psidium cattleianum, Sysygium cumini, S. jambos, Trema orientalis). Au moment de la nidification, il devient insectivore (Lépidoptères) et capture également de petites araignées.

STATUT ET REMARQUES. Espèce endémique de La Réunion, l’Oiseau lunettes vert se maintient aujourd’hui dans les forêts du "Sud Sauvage" et partout ailleurs dans les Hauts de l'île. Avec une population estimée à 150 000 individus et malgré sa diminution de plus de 50%, l’oiseau lunettes vert n’est pas en danger et peut être localement plus abondant que l’oiseau gris. Une espèce proche, l’oiseau lunettes de Maurice, Z. chloronothos est considérée comme espèce en danger d’extinction. L’oiseau lunettes vert est inscrit sur la liste des espèces protégées de l’île de La Réunion (Arrêté ministériel du 17 février 1989).

REFERENCES. Barré & Barau, 1982 ; Barré, Barau & Jouanin, 1996 ; Cheke, 1975 ; Cheke & Jones, 1987; Horne, 1987 ; Langrand, 1995 ; Louette, 1988 ; Probst 1997, 1998, 1999 ; Sibley & Monroe, 1993.

Commenter cet article