PROBST, J.M. 1997. Tec-tec ou Traquet de La Réunion. Bull. Phaethon, 6 : 97-98.

Publié le par Jean-Michel PROBST

Bulletin Phaethon, 1997, 6 : 97-98.

Fiche « patrimoine naturel à protéger »

Tec-tec ou Traquet de La Réunion
Saxicola tectes

Jean-Michel Probst*

*Nature & Patrimoine, 2 Allée Mangaron, Dos d'Ane, 97 419 LA POSSESSION

L’oiseau décrit ci-après est une espèce d’oiseau forestier de l’Ordre des Passeriformes. Il fait partie de la Famille des Turdidae qui comporte 326 espèces dans le monde, dont 30 se rencontrent dans l’Océan Indien. Le Tec-tec ou Traquet de La Réunion est une espèce endémique de La Réunion.

TEC-TEC
Saxicola tectes (Gmelin, 1879)
Créole : Tek tek.
Français : Traquet de La Réunion.
Anglais : Reunion Stonechat.
Allemand : Reunionkehlchen.


Distribution dans l'Océan indien.
Espèce monotypique, endémique de l’île de La Réunion.

DESCRIPTION. Longueur : 11-12 cm. Poids : 11-14 g.

Adulte. Dimorphisme sexuel apparent. Le plumage des mâles est variable, des individus étant colorés différemment, certaines formes pouvant même ressembler aux femelles.

Mâle. Tête noire avec un sourcil blanc, menton et gorge blanche ; petit bec fin, noir ; iris de l’œil brun ; collier blanc interrompu au niveau de la nuque ; parties supérieures du dos brun noir à l’exception du croupion blanc ; ailes brun noir avec un petit miroir blanc sur l'aile ; parties ventrales blanches ornées d'une large tache orangée au niveau de la poitrine ; queue brun noir ; tarses et doigts noirs.

Femelle. Parties supérieures brun rayé, sourcil, menton et gorge blanc crème ; tache de la poitrine plus terne.

Immature. Plumage semblable à la femelle mais poitrine et dos brun clair perlé et écaillé de beige clair.

IDENTIFICATION. Petit oiseau forestier court et rond, brun noir dessus, blanc avec la poitrine orangée dessous. Très familier, il se perche souvent à l’extrémité des branches ou des buissons. Mesures de l’oiseau en main : Aile : 65-71 mm (mâle), 62-67 mm (femelle). Bec : 8-9 mm. Tarse : 21-22 mm.

VOIX. Le chant nuptial est assez fort mais mélodieux et souvent lancé du haut d’une branche, se poursuivant brièvement à l’envol. Le cri caractéristique « tsec-tsec » lui a donné son nom créole Tek tek.

COMPORTEMENT. Généralement solitaire, il se perche, bien droit, à l'extrémité d'une branche, d'un rocher ou au sommet d'un buisson d'où il inspecte son territoire. Volontiers familier, il accompagne un instant les promeneurs. Sur les aires de pique-nique, il se laisse souvent approcher de très près.

NIDIFICATION. La reproduction a été constatée de septembre dans les Bas ou octobre dans les Hauts jusqu’à la fin février. Son nid, généralement à terre (sur un talus, dans le renfoncement d'une souche, d'une branche morte ou sous une cavité rocheuse), est souvent caché sous la végétation (Ananas marron, touffe d’herbe). Il est construit de mousses, d'herbes et garni de plumes. La femelle pond 2 à 4 œufs (18-20 x 15-16 mm), bleu vert, plus ou moins tachetés de brun. L’incubation de 14-16 jours est assurée par les deux parents. Le nourrissage au nid des poussins jusqu'à l'envol dure de 15 à 18 jours. Le nourrissage des jeunes peut être observé jusqu'au milieu du mois de mars. Le nid le plus haut a été observé à 3050 mètres, juste sous le sommet du Piton des Neiges.

MILIEU. Le Tec-tec fréquente les forêts et les zones arbustives indigènes. Localement, il accepte également les forêts secondarisées et parfois même les jardins (Plaine des palmistes, Salazie, etc.). Il semble préférer les milieux ouverts (Tamarinaie d’Acacia heterophylla, brande d'altitude, lisière de forêt, bord de chemin). Dans le Sud, on le trouve du littoral à plus de 2500 mètres d'altitude et, dans les massifs montagneux de l’intérieur, il est présent jusqu’au sommet du Piton des Neiges (3069 m).

ALIMENTATION. Il capture toutes sortes de proies : des insectes attrapés au vol ou à terre (larves de coléoptères, chenilles, etc...), également des araignées, des vers de terre, mollusques (Hyalimnax maillardi). Il accepte également la plupart de la nourriture offerte ou laissée par les promeneurs.

STATUT ET REMARQUES. Le Tec-tec est une espèce endémique de La Réunion. Si elle a disparu d’à peu près un quart de l’île depuis 300 ans, elle est relativement commune le long des sentiers de randonnées et dans les clairières de la plupart des forêts de 600 à 1500 mètres d'altitude. Elle niche encore au niveau du littoral dans le Sud sauvage de l’île. Sa population est estimée à 180 000 individus. Son espèce d’origine, le Traquet pâtre S. torquata, présente trois sous-espèces endémiques de Madagascar : S. s. sibilla, S. s. ankaratrae, S. s. tsaratananae, qui ont des mesures d’aile, de tarse et de bec similaires à notre Tec-tec mais avec un poids plus important (15 à 16,5 g). Quelques autres taxons se rencontrent dans les îles de l’Océan Indien : S. s. voeltzkowi, endémique de la Grande Comore, S. caprata, présent au Sri Lanka.

NUISANCE. S’il ne semble pas souffrir du braconnage, sa nidification à terre est souvent réduite à néant par les rats, les chats et les chiens. L’entretien annuel des bords des sentiers touristiques est fatal s’il se produit de septembre à février.

NOTE. Nous avons expérimenté, avec succès, plusieurs nichoirs pour le « Tec-tec ». Plusieurs modèles sont proposés et peuvent être associé à un dispositif contre les prédateurs. Les plans de construction sont disponibles à l’association.

REFERENCES. Abhaya, 1995 ; Barré, 1983 ; Barré & Barau, 1982 ; Barré, Barau & Jouanin, 1996 ; Cheke, 1975 ; Cheke & Jones, 1987 ; Horne, 1987 ; Langrand, 1990, 1995 ; Louette, 1988 ; Nativel, Payet & Probst, 1995 ; Probst 1997.

Commenter cet article