TURPIN, A. ; BARROIL, P. et VATEL, P. 2000. Au sujet des dernières captures et sur la détermination des sous espèces d'iguanes verts introduits à l'île de La Réunion. Bull. Phaethon, 13 : 26-28.

Publié le par Jean-Michel PROBST

Bulletin Phaethon, 2000, 13 : 26-28

Au sujet des dernières captures
et sur la détermination des sous-espèces
d’iguanes verts introduits à l’île de La Réunion


Agnès Turpin*, Pierre Barroil* & Pierre Vatel*

*Nature & Patrimoine, 2 Allée Mangaron Dos d'Ane, 97 419 LA POSSESSION

Introduction

    L’Iguane vert fait partie de ce que l’on appelle les Nouveaux Animaux de Compagnie. Depuis quelques années, on le rencontre en captivité dans plusieurs îles de l’Océan Indien (La Réunion, Maurice, Madagascar, Mahé). Depuis 2 ans, la presse réunionnaise cite des captures, parfois rocambolesques, d’Iguanes verts en liberté. La plupart des faits rapportés se déroulent dans les agglomérations principales de l’île : Saint Denis, Le Port, La Possession, Saint-Pierre, etc. Toutefois, certaines observations sont également constatées dans le milieu naturel (Barbancey & Probst, 1998 ; Probst, 1999 ; obs. pers.). Ces dernières sont, à chaque fois, le cas d’individus isolés.


Iguana iguana (© Jean-Michel Probst)

Observation dans la nature

    La première mention de l’espèce dans une forêt semble être celle de 1996, où un individu est capturé dans la forêt de l’Étang Salé. En mars 1998, un couple de touristes observe un individu « sorti du lit de la rivière, courant sur les galets et disparaissant dans la végétation » (Barbancey & Probst, 1998). Le 18 décembre 1999, dans l’enclos du Grand Brûlé, un mâle Papangue est observé s’envolant avec un reste d’Iguane vert (Probst, 1999). Le 5 avril 2001, un spécimen mâle de 72 centimètres est capturé (par PB et PV) dans les Hauts de Saint-Leu. Enfin, le 08 juillet 2001, un individu mort, écrasé sur le bord de la route, est récolté par l’un de nous (AT) à côté du deuxième bras de lave qui a coupé la route entre la commune de Saint Philippe et Sainte Rose. Ces observations concernent des individus jeunes ou immatures, probablement échappés de captivité.

    Jusqu’à preuve du contraire, aucune reproduction n’a pour l’instant été constatée dans l’île. Les milieux forestiers où ils ont été trouvés laissent toutefois présager une naturalisation de cette espèce dans les milieux indigènes des Bas de La Réunion. Les remparts de l’enclos semblent être une zone idéale pour l’iguane. On peut noter que cette espèce s’est naturalisée assez rapidement dans les forêts d’Hawaii, qui présentent des faciès assez proches de nos forêts du Sud de l’île de La Réunion (pers. Obs.). 

Détermination des deux sous-espèces

    Dans le cadre de l’étude sur la répartition des reptiles de La Réunion, l’Association Nature & Patrimoine, a préparé une fiche d’observation à diffuser auprès du public. Elle est constituée de deux parties distinctes :

-Une illustration présentant un gros plan de la tête d’un Iguane vert (haut de la page 28)
-Une grille d’observation (à retourner à l’adresse de l’association)

    Vous pouvez photocopier cette fiche et participer ainsi à l’étude sur la répartition de ces reptiles récemment introduits dans le milieu naturel. Toute observation d’un groupe d’iguanes en liberté ou d’un gros individu nous intéresse au plus haut point puisque, jusqu’alors la reproduction dans l’île n’est toujours pas attestée et que l’ensemble des individus observés sont toujours seuls.

    Nous remercions Jean-Michel Probst pour son illustration, ses documents et ses observations qui ont aidé à la réalisation des fiches et du questionnaire joint. Les observations retournées, ainsi que la mention de l’auteur, seront intégrées au « fichier faune » de la base donnée de l’association Nature & Patrimoine. Pour plus d’informations sur les reptiles, vous pourrez participer aux sorties « Reptiles littoraux » organisées quatre fois par an par les membres de l’association.

Identification de loin et de près

    L’Iguane vert Iguana iguana est originaire des forêts tropicales de l’Amérique Centrale. Dans la nature, il se distingue aisément des autres reptiles de La Réunion par sa grande taille, sa couleur verte, ses épines dorsales, son fanon gulaire et sa longue queue annelée. L’animal en main est assez impressionnant. On ne se méfiera jamais assez de la queue qui agit comme un fouet (très surprenant voire dangereux pour le débutant). On remarque une grosse membrane tympanique placée derrière la mâchoire ainsi que, juste en dessous, une écaille subtympanique. Le dessus de la tête est orné d’une crête nucale. Le dessous est orné de 7 à 22 fanons. L’iris des yeux est orangé L’Iguane vert est séparé en deux sous espèces qui se rencontrent parfois sur l’île de La Réunion :

    Iguana iguana iguana (Linnaeus, 1758)
    Iguana iguana rhinocephala (Wiegmann, 1834)


    La plus grande des deux sous espèces est Iguana i. iguana. Dans son pays d’origine, cette sous espèce peut mesurer jusqu’à 2,5 mètres de longueur et peser jusqu’à 8 kilogrammes. En revanche, Iguana i. rhinocephala est beaucoup plus petite. Elle dépasse rarement 1,50 mètre. Elle se caractérise surtout par ses épines rostrales qui forment de petites « cornes » sur le haut du museau.

Bibliographie

BARBANCEY, S. & PROBST, J-M. 1998. Infos rapides. Un Iguane en liberté. Bull. Phaethon, 8 : 112.

MILLEFANTI, M. 1998. L’Iguane, Iguane vert et les autres iguanes, Éditions de Vecchi, 1-95.

PROBST, J-M. 1999. L’Iguane vert Iguana iguana une nouvelle espèce de reptile naturalisé à La Réunion ? Bull. Phaethon, 10 : 110.

RODDA, G.H. 1991. Sexing Iguana iguana. Bull. of the Chicago Herpetological Society, 26 : 173-175.

RODDA, G.H. 1992. The mating behavior of Iguana iguana. Smithsoniana Institution Press, 534 : 1-38.


-------------------------------------------------------------------------------------------

 Fiche d’observation

A photocopier et à retourner à
Nature & Patrimoine, B.P. 279,
97 827 LE PORT cedex
Détermination de l’Iguane vert
















Dessin de Jean-Michel Probst (novembre 2001)

Grille d’observation
Nom de l’observateur :

Date et heure de l’observation :

Espèce (ou sous espèce) :

Lieu :

Taille approximative de l’individu :                 Queue entière ?
 
Si animal trouvé mort : aspect* : applati, non écrasé, récent, au moins 1 jour, présence d’œufs, etc.

        Conservation dans l’alcool ?            Photo ?

Si animal trouvé vivant : combien d’individus ? (ou approximativement)

        Habitat* : arbre, buisson, sol, route, dans l’eau, autre :

        Comportement* : bain de soleil, déplacement, alimentation, accouplement, ponte, combat, autre :

        Est ce que vous en avez vu souvent dans cet endroit ?

* : entourer les mentions observées

Commenter cet article