DÉSO, G. 2001. Note sur le transport insolite de geckos verts, le cas du Phelsuma inexpectata. Bull. Phaethon, 13 : 56.

Publié le par Jean-Michel PROBST

Bulletin Phaethon, 2001, 13 : 56.

Note sur le transport insolite de Geckos verts
le cas du Phelsuma inexpectata


Grégory Déso*

    *Nature & Patrimoine, 2 Allée Mangaron, Dos d'Ane, 97 419 LA POSSESSION

    Les Geckos verts du Genre Phelsuma sont des petits reptiles de la famille des Gekkonidae. À La Réunion, ils sont au nombre de 6 espèces, dont 4 introduites : P. laticauda, P. lineata, P. cepediana ? P. madagascariensis) et 2 endémiques : P. borbonica, P. inexpectata (Girard, 1997 ; Probst, 1997). Si dans les îles aux alentours, plusieurs espèces se partagent le même site, les taxons réunionnais ont généralement des zones de distribution séparées.


    Sans doute à cause de la chaleur que dégage les capots ou coffres des voitures, la tôle est souvent appréciée des Phelsuma. Nous sommes plusieurs à avoir relevé le fait (Comm. pers. Laurent Albert, Hervé Barau, Pierre Brial, Jacky Malet, Jean-Michel Probst, obs. pers.).

    Tout en conduisant, on voit surgir du côté du capot, un gecko vert qui s’agrippe sur les côtés de la voiture Ainsi, un planteur de la région de Sainte Suzanne nous a récemment raconté qu’un Gecko vert malgache avait « voyagé » des Hauts de Sainte Suzanne jusqu’à à Sainte Marie en empruntant son 4 x 4.

    Le transport involontaire de geckos peut aussi concerner une espèce endémique. Ainsi, alors que le Gecko vert de Manapany était connu de la région de Saint Joseph à Grande Anse (Bour, Probst & Ribes, 1995), il s’est installé depuis quelques années au Tampon ! Dans ce cas précis, elle est toutefois arrivée d’une manière différente.

Détails sur cette population isolée

    Depuis quelques années, une petite population d’inexpectata s’est peu  à peu constituée et étendue dans le Nord du Tampon. Plusieurs individus se rencontrent sur les haies de plantes ornementales et parfois sur les murs des maisons. En discutant avec le propriétaire du jardin, nous avons pu reconstituer l’historique de son étonnante colonisation.

    Depuis plus de 10 ans, cette personne qui effectue régulièrement des visites à Saint-Joseph échange souvent des plantes provenant du jardin familial. Il y a 6 ans, l’apport de palmiers et de bananiers a permis de rapporter des groupes d’œufs collés aux végétaux.

    Malgré des températures nettement plus basses que sur le littoral, ceux-ci ont éclos. Aujourd’hui, plusieurs adultes peuvent être observés. Le plus étonnant est l’observation de juvéniles, ce qui indique une reproduction de cette espèce à 600 mètres d’altitude (obs. pers.).

    Je me propose d’étudier cette nouvelle distribution et d’établir aussi précisément possible, la cartographie de la petite population.

Bibliographie

BOUR, R.; PROBST, J.M. et S. RIBES 1995. Phelsuma inexpectata Mertens 1966, le lézard vert de Manapany les Bains (La Réunion) : données chorologiques et écologiques (Reptilia, Gekkonidae). Dumerilia, 2 : 99-124.

GIRARD, F. 1997. Présentation des espèces du genre Phelsuma vivant sur l’île de La Réunion. Revue fr. Aquariol. 55-56.

PROBST, J-M. 1997. Animaux de La Réunion - guide d’identification des oiseaux, mammifères, reptiles et amphibiens. édt. azalées, 1-168.

Commenter cet article