PAYET, M. et ABHAYA, K. 1997. Observation de la prédation d’un Bellier Ploceus cucullatus sur un gecko nocturne du Genre Hemidactylus sp. Bull. Phaethon, 6 : 108.

Publié le par Jean-Michel PROBST

Bulletin Phaethon, 1997, 6 : 108.

Observation de la prédation d’un Bellier Ploceus cucullatus sur un gecko nocturne du Genre Hemidactylus sp.

Michel Payet & Késava Abhaya*
*Nature & Patrimoine, 2 Allée Mangaron, Dos d'Ane, 97419 LA POSSESSION

    Les proies des oiseaux sont souvent difficiles à déterminer. De nombreuses méthodes existent afin de déterminer le régime alimentaire de telle ou telle espèce. À La Réunion, un grand effort doit être entrepris afin de collecter minutieusement les observations des amateurs. Ces observations particulières sont d’ailleurs régulièrement notées dans le « Fichier Faune », une base de données informatique tenue par Jean-Michel Probst depuis maintenant presque 10 ans.

    Le régime alimentaire du Bellier est peu connu et à peine évoqué dans Barré & Barau (1996) : « Granivore, il attaque le maïs sur pied. Il ne dédaigne pas les fruits et nourrit ses jeunes d’insectes… Cet oiseau provoque dans son habitat d’origine d’important dégâts dans les cultures de riz, de mil et de maïs ».


couple de Bellier Ploceus cucullatus (femelle à gauche, mâle à droite)
© Jean-Michel Probst

    Dans le Sud, on lui reproche de s’attaquer aux fleurs de vanille et de saccager toutes sortes de fleurs à nectar (Corbeille d’or, Érithrine, Tulipier du Gabon, etc.), ainsi que les feuilles de différentes espèces de palmiers (multipliant, cocotier, palmistes, etc.) lors de la construction de son nid. À sa décharge, il capture toutefois des Hannetons (l’adulte reproducteur du ver blanc) ce qui devrait le rendre plus sympathique auprès des cultivateurs.

    Le 18/10/97, le long de la rivière Sainte Suzanne, en direction du site touristique de la Cascade Niagara, nous avons observé en directe la capture d’un Hemidactylus sp. dans un chou de Cocotier Coco nucifera. Alors que nous observions depuis un moment une colonie bruyante installée dans un bosquet de bambous géants. Nous nous sommes attardés sur les allées et venues des mâles pillant les jardins des alentours, de fines bandelettes végétales de palmiers.

    C’est alors que nous avons observé un mâle particulièrement excité s’acharner plusieurs fois sur un gecko nocturne qui lui avait échappé une première fois. L’oiseau lui a assené plusieurs coups de bec, puis l’a avalé en plusieurs fois en le présentant par la tête. L’observation aux jumelles, à environ 10 mètres, ne nous a toutefois pas permis d’identifier l’espèce plus précisément. Il ne s’agissait pas du Petit Gecko gris Hemiphyllodactylus typus qui a le dessous de la queue orange, ni du Margouillat blanc Gehyra mutilata, trop large (Probst, 1997). Il est plausible qu’il s’agisse du Gecko gris des jardins Hemidactylus brooki qui semble moins anthropophile que l’H. frenatus.

Bibliographie

BARRE, N. et BARAU, A. 1982. Oiseaux de La Réunion. Imprimerie Arts graphiques modernes, St Denis, La Réunion, 1-196.

BOUR, R. et MOUTOU, F. 1982. Reptiles et amphibiens de l'île de La Réunion. Info Nature 19 : 121-156.

PROBST, J-M. & TURPIN, A. 1995. Check-list des amphibiens et des reptiles de La Réunion incluant les espèces migratrices observées depuis 1950 à 1995. Bull. Phaethon, 2 : 73-74.

PROBST, J-M. (en prép.). Guide des Oiseaux, Mammifères, Reptiles et Amphibiens de La Réunion.

Commenter cet article